Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Joie du Milieu

La Joie du Milieu

Christophe Heurtel | Clairvoyant

L'ÉVEIL - A QUEL MOMENT JE FUIS, QUELS SONT MES REFUGES ?

Publié par Christophe Heurtel sur 23 Mai 2015, 10:47am

Catégories : #eveil, #conscience, #ecoute, #service, #coeur, #reconnecter, #joie, #être soi, #clairvoyant

Si l'éveil existe, c'est bien évidemment en contraste avec le fait d'être endormi.
Une image un peu forte mais c'est celle qui vient : celle d'un chien en laisse près de sa niche.
Je suis comme un chien en laisse (peur d'être complètement libre) près de ma niche (mes refuges comme le mental, l'égo mal placé, les perceptions subtiles, être "vrai-ment" dans le coeur…).

Être endormi c'est ne pas être présent à ce qui est. C'est regarder dehors depuis sa niche et ne pas en être conscient.
Voir depuis l'intérieur de la niche c'est voir une réalité avec un angle réduit. C'est être à l'abri d'une vision globale et entière.

Si j'observe ce qui m'entoure, là, maintenant, en ayant le mental qui blablate sur ce qui est, je ne fais qu'observer depuis un refuge qui me rassure, car alors je suis à l'abri pour ce mental, qui se garde bien de vouloir accepter que rien n'est figé et que je peux ressentir pleinement mon environne-ment (le mental ment sur ce qui m'environne).
La même chose peut être expérimentée au quotidien via un égo mal placé, qui me laisse croire que depuis l'extérieur, sans ma laisse, je ne serais pas en sécurité.
Via des perceptions qui me montrent que c'est plus facile comme ça et que je peux oublier tous mes autres outils. Que je peux voir à travers ma niche en oubliant que je suis toujours dedans...
Via une ouverture totale du coeur qui me ferait oublier que je puisse encore faire des allers-retours vers ma niche car la laisse est toujours à mon cou…

L'éveil serait alors une prise de conscience totale de tous mes refuges, de comprendre que cette niche n'existe pas et que je n'ai jamais été en laisse… Alors tout explose, tout est sans limite et rien n'est limité.
Je suis endormi et je vais m'éveiller, car notre vraie nature est pure-ment* illimité.

*Rien n'est pur, ce mot n'existe que depuis ma niche, car je crois que s'il y a pureté, il y a impureté. Mais il n'y a ni l'un ni l'autre lorsque je ne suis pas endormi à la vie.

Celui, qui gouverne, ment.

Dans ma niche, quelque chose gouverne, ce sont les limitations que pose cette structure. Dehors et sans laisse, il n'y a plus rien pour gouverner, les choses sont, la vie est. Et je m'abandonne à ce que je suis, pour comprendre que l'abandon ne repose sur rien, car j'étais le fils, et maintenant le père.

Et aujourd'hui le père et le fils ne font qu'un.

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents