Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Joie du Milieu

La Joie du Milieu

http://christopheheurtel.com

DE LA DÉSIDENTIFICATION A LA LIBÉRATION

Publié par Christophe Heurtel - Thérapeute Clairvoyant sur 7 Novembre 2016, 17:12pm

Catégories : #Christophe, #heurtel, #therapeute, #clairvoyant

Je constate 3 phases majeures pour le moment et avec mon point de vue actuel, sur le processus de désidentification et déconditionnement du personnage que l’on croit être et surtout du fait que l’on croit faire.

1- La première phase est une phase de lutte, de survie, car ce personnage croit être en danger : conditionnement & croyances.

2- La deuxième est de constater que l’on ne contrôle rien, ça sera vécu plus ou moins bien selon la résistance profonde et inconsciente à ce qui est.

3- La troisième est de constater, et donc ensuite de le vivre pleinement ou progressivement, que l’on ne fait rien, que l’on ne contrôle rien, qu’il y a simplement la vie qui s’exprime à travers nous, qui se goûte et se savoure depuis ce point de vue unique et « limité ».

La caractéristique du « faux moi » est de s’identifier à ce qui jaillit à travers lui.
Un exemple concret est le fait d’avoir une idée.
Une idée apparait et ensuite seulement, ce faux moi s’en saisi et affirme « avoir eu une idée ».
Or cette idée ne vient pas de lui mais l’a traversé.

Un exemple que j’aime prendre en ce moment est celui du trou de serrure.
Imaginez être un trou de serrure, vous regardez devant vous et vous voyez la lumière qui jaillit de vous-même prendre une forme bien précise, celle du trou de serrure que vous êtes.
Vous vous dites alors que la lumière vient de vous, puisque de ce point de vue c’est ce qui est !

Mais un jour une idée folle jaillit, l’idée de vous retourner sur vous-même…
Vous constatez alors que la lumière n’émane pas de vous et qu’il n’en a jamais été ainsi…
Vous réalisez que vous ne créez ni l’ombre ni la lumière, ni la forme que la lumière prend, ni votre propre forme, rien…
Cette phase est pour moi un peu comme les marées, ça va, ça vient, ça s’accroche au rochers mais il n'y a pas de prise, ça glisse, et puis ça repart…
Ça peut être lourd et déprimant puis merveilleusement léger d’instant en instant ^_^

DE LA DÉSIDENTIFICATION A LA LIBÉRATION

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents