Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Joie du Milieu

La Joie du Milieu

http://christopheheurtel.com

POURQUOI JE SOUFFRE ?

Publié par Christophe Heurtel sur 23 Avril 2015, 10:45am

Catégories : #clairvoyance, #clairinformation, #ecoute, #service, #coeur, #joie, #therapeute, #holistique, #clairvoyant

La relation humaine la plus importante est celle que l'on entretient avec soi-même, au quotidien.
L'enfant que nous sommes s'est construit dans la dissociation, nous avons appris que nous sommes séparés les uns des autres, que nous sommes si différents que le monde ne peut être en paix…
Pourtant, nous le savons en fin de compte, nous sommes un.
Et pourquoi sommes-nous un ? Ca paraît si con dit comme ça, on est bien séparés les uns des autres…
Nous sommes un parce que la vie prend des formes infinies mais sa structure reste la même. Partout il y a la vie, tout est la vie et moi inclus.
Une cellule ou une galaxie, quelle est la différence fondamentale de leur origine ? N'est-elle pas la même ?
Et n'évoluent-elles pas dans cette même unité qu'est la vie ?

La séparation crée l'expérience mais nous plonge si profondément dans son illusion qu'il devient parfois périlleux de se raccrocher à autre chose que la souffrance.

La souffrance à ce quelque chose qui nous dit : "regarde, ça fait mal, ce n'est pas une illusion, c'est la réalité, tu es vivant…"
Mais le sentiment d'unité à lui ce quelque chose qui nous dit : "regarde profondément en toi, n'y a t'il pas toujours eu cet observateur silencieux qui contemple, tel un grand sage qui sait et qui te laisse te rappeler que tu es ce tout, cette vie, que cette souffrance ou ce bonheur sont éphémères…"

Il y a en nous cet observateur impassible, qui sait que nous ne sommes pas la souffrance, la tristesse, le bonheur, la joie… Mais que nous expérimentons ces émotions. Elles nous traversent et nous les saisissons, devenant ainsi le sentiment.
Alors pourquoi ne pas essayer de regarder tout ça depuis son point de vue, à lui qui sait ?
Laissons les émotions nous traverser sans les saisir, sans s'identifier à elles, car l'identification accentue la dissociation.

Je ressens de la souffrance, je ne suis pas la souffrance et cette émotion, comme toutes les autres, vient, me traverse et retourne dans le "bain des émotions".
Je ressens de la joie, c'est la même chose. Si je deviens l'émotion, alors je m'en saisi et j'interviens dans un mouvement parfait où je n'ai pas à intervenir.
Les choses vont et viennent et je l'accepte.
Comme les saisons qui passent, je me laisse porter par le mouvement de la vie, je n'ai plus à lutter mais à me laisser bercer.

En ceci réside une grande libération.

http://christopheheurtel.com

Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents